Restaurer
les cours d’eau

La Directive Européenne Cadre sur l’Eau fixe l’atteinte du bon état écologique des eaux du territoire à l’horizon 2027.

Cela signifie une eau en quantité et de qualité s’écoulant dans un écosystème en bonne santé, c’est à dire présentant une grande diversité de milieux offrant nourriture, lieu de vie et de reproduction à de nombreuses espèces, des micros organismes aux poissons. Cette bonne santé permet au cours d’eau d’assurer naturellement différentes fonctions bénéfiques aux usages de l’Homme (épuration, stockage des eaux…).

Les cours d’eau du territoire du Syndicat ont été très impactés par les activités anthropiques des dernières décennies : recalibrage, approfondissement et cloisonnement des écoulements (barrages et seuils). Il en résulte aujourd’hui une déconnexion des cours d’eau à leur lit majeur, engendrant des assèchements sévères en été et des écoulements brutaux lors des précipitations. Aussi, la capacité d’accueil de la biodiversité des cours d’eau est limitée par la faible diversité des habitats. Pour répondre à ces problématiques le Syndicat porte divers programmes pluriannuels (6 ans) de travaux sur plusieurs bassins versants.

  • 1
    Problématiques

    Les anciens travaux d’aménagement hydraulique ont conduit à élargir et approfondir les cours d’eau, voire à déplacer leur tracé naturel.
    En zone urbanisée, il a parfois été décidé d’augmenter la capacité hydraulique des cours d’eau pour éviter tout débordement, voire même de les enterrer (ex : buses). Ces aménagements ont de multiples conséquences :

    • Augmentation des débits et des vitesses engendrant l’érosion du lit et des berges et l’accélération des transferts de polluants
    • Suppression des habitats du lit et perte de la capacité d’accueil de la biodiversité
    • Réduction de la capacité de débordement du cours d’eau limitant la fonction de recharge des nappes phréatiques des zones humides adjacentes

    Action à entreprendre

    Renaturer
    les cours d'eau

    Pour remédier à ces problématiques, la renaturation des cours d’eau vise la reconnexion du lit mineur et du lit majeur par le rehaussement du fond du lit du cours d’eau et le rétablissement de sa sinuosité.
    Cela permet de rétablir les capacités auto-épuratoires du cours d’eau, l’élévation de la nappe et le maintien de zones humides dont le rôle d’éponge soutiendra les écoulements estivaux et le maintien de la vie aquatique.
    Sur le plan biologique, la renaturation vise à retrouver dans le lit une diversité de profondeur et de vitesses d’écoulement offrant une multitude d’habitats.

    Schéma explicatif
    Voir en détail
    Nos actions
    Toutes nos actions >
    Une nouvelle gestion des rivières arrive à l'heure de la GEMAPI
  • 2
    Problématiques

    La continuité écologique se traduit par la libre circulation des sédiments et des espèces animales. En se déposant au fil du courant, les sédiments créent, dans le lit, différentes profondeurs et vitesses d’écoulement offrant un éventail de lieux de vie pour la biodiversité. La libre circulation des poissons est nécessaire à l’accomplissement complet de leur cycle de vie.

    Pour permettre le pompage, la navigation ou encore pour un usage de loisirs ou d’agrément, les cours d’eau ont été cloisonnés par la construction de barrages et de seuils. Ces aménagements ont engendré de multiples conséquences :

    • Obstacle à la libre circulation des poissons
    • Erosion des berges et élargissement du lit en amont du barrage
    • Réchauffement de l’eau, baisse de l’oxygénation et évaporation de l’eau stagnante
    • Envasement et appauvrissement de la biodiversité par banalisation des habitats
    • Baisse de la qualité de l’eau par effet cumulé

    Action à entreprendre

    Rétablir la continuité écologique

    Pour remédier à ces problématiques, le rétablissement de la continuité écologique vise à supprimer ou aménager ces ouvrages.

    Nos actions
    Toutes nos actions >
    Redonnons libre-cours à nos rivières
  • 3
    Problématiques

    La continuité écologique se traduit par la libre circulation des sédiments et des espèces animales. L’artificialisation des sols, les travaux d’aménagement hydraulique et le drainage agricole sont les principaux facteurs de disparition des zones humides, riveraines des cours d’eau. Cela entraine de multiples conséquences :

    • Appauvrissement de la biodiversité inféodée à ces milieux
    • Réduction de la capacité de stockage des eaux en crue
    • Diminution du soutien des débits en été (asséchement précoce)
    • Disparition de leur fonction épuratoire engendrant la baisse de la qualité des eaux

    Action à entreprendre

    Restaurer les zones humides

    Pour remédier à ces problématiques, la restauration des zones humides se traduit par la réouverture des prairies inondables des fonds de vallée et/ou leur reconnexion au cours d’eau.

    Nos actions
    Toutes nos actions >
    Zones humides, zones utiles : agissons !